Publications

Journal d’Ukraine et de Russie

Journal d’Ukraine et de Russie – Les crises et l’évolution du système international, préfacé par le Professeur Charles Zorgbibe, est un ouvrage de praticien des relations internationales.

S’il s’agit d’observer les crises internationales récentes, en particulier depuis l’Afghanistan, il convient de prendre quelque distance, de mettre en perspective, en s’efforçant de dégager ce qui affecte le système international dans son ensemble. 

Les personnalités évoquées ne sont pas des abstractions lointaines, les événements et les intérêts en jeu concernent chacun (…)

À lire »

Droit à l’avortement: la mémoire de Simone Veil et de Ruth Ginsburg

La récente décision de la Cour Suprême des Etats-Unis, immédiatement présentée comme l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement et une victoire du conservatisme religieux américain, a provoqué une onde de choc. La secousse, qui a incontestablement affecté l’image des Etats-Unis après d’autres développements suscitant des inquiétudes quant à la vie démocratique de ce pays, a rapidement gagné l’Europe. En France, l’idée de l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution a été reprise en vue de l’élaboration d’un projet de loi en ce sens. Le débat est susceptible de prendre un tour idéologique par transposition du climat américain alors que la question pourrait être aussi abordée de manière plus pragmatique sous l’angle de l’égalité des droits et de la justice. Le legs de Simone Veil et l’oeuvre de Ruth Ginsberg, Juge à la Cour suprême des États-Unis aujourd’hui disparue, pourraient nous aider dans cette approche (…)

À lire »

Poutine en Asie centrale: qui tourne le dos à qui ?

Le voyage de Vladimir Poutine, le 28 juin au Tadjikistan et surtout le 29 juin au Turkménistan, a provoqué un certain effet de surprise. Alors que la guerre en Ukraine fait rage, que l’on s’interrogeait ces dernières semaines sur l’état de santé du Président russe et que l’on évoquait de possibles fissures à Moscou au sein des cercles dirigeants, il ne peut s’agir d’un déplacement de routine mais de première importance qu’il faut tenter de décrypter (…)

À lire »

Nouveau Grand Jeu en Asie centrale

  L’attention est polarisée sur le conflit ukrainien, même si la perception de la guerre peut varier sensiblement d’une région du monde à l’autre. L’Asie centrale, ex-soviétique, où le soft power russe demeure et qui se retrouve souvent dans un face à face déséquilibré avec la Chine, notamment sur le plan économique, est à cet égard une zone stratégique de première importance (…)

À lire »

Le Directeur de la DGSE parle !

  Il n’est pas fréquent que le plus haut responsable du renseignement extérieur (DGSE) s’exprime publiquement alors qu’il est encore en activité. C’est ce que vient de faire dans les colonnes du Journal Le Figaro du 23 juin 2022 l’Ambassadeur Bernard Emié, l‘actuel Directeur général de la sécurité extérieure en fonction depuis désormais cinq années (…)

À lire »

TürkmenÄlem 52° E, Odyssée de l’espace

          Le premier satellite turkmène de télécommunications TürkmenÄlem 52° E (NB: signifiant monde ou paix turkmène comme Mir en russe; position géostationnaire 52° Est), construit à Cannes par Thales Alenia Space, a été lancé avec succès le 28 avril 2015 (NB: selon l’heure locale turkmène). La perfection technique du lancement et l’excellent fonctionnement depuis lors du satellite – destiné à la télévision, à la radiodiffusion et à internet – furent l’aboutissement d’un processus de négociation et de développement technique étalé sur plus de cinq années (…)

À lire »

La République souveraine

Le tsunami électoral du deuxième tour des récentes élections législatives françaises doit être relativisé. La situation paraît certes bloquée en l’absence de majorité absolue à l’Assemblée nationale et de perspective sérieuse de constitution d’une grande coalition « à l’allemande ». Néanmoins, le centre de gravité du débat politique s’est déplacé à la Chambre et cela peut être jugé de manière plutôt positive. 

Mieux vaut la démocratie par la voix des représentants du peuple que la soi-disant démocratie directe de la rue ou même des réseaux sociaux. Mieux vaut une effective démocratie parlementaire qu’une chambre d’enregistrement dominée par un ou des partis « godillots », c’est-à-dire aussi soumis que léthargiques. La question essentielle est dès lors celle de l’efficacité pour le pays: comment s’en sortir ? Que faire ? (…)

À lire »

Terres roumaines: au carrefour de l’Europe oubliée

Les déplacements, au terme de sa présidence européenne, du Président de la République française en Roumanie et en Moldavie ainsi qu’en Ukraine en compagnie du Chancelier allemand, du Premier ministre italien et du Président roumain pour cette dernière destination, ne peuvent être dissociés mais les différentes étapes ont aussi leur spécificité. Si les terres roumaines sont devenues en effet le flanc occidental d’un conflit majeur, il était temps aussi qu’on les mette en valeur pour elles-mêmes (…)

À lire »

Le grand basculement de l’Allemagne

Le renoncement au gazoduc Nord Stream 2, l’orientation en faveur d’une réduction de la dépendance énergétique par rapport à la Russie et plus encore la fourniture d’armes – pour la première fois depuis le second conflit mondial – à un pays en guerre ainsi que l’annonce de la création d’un Fonds de 100 milliards d’euros pour financer le réarmement, sont apparus , au cours des dernières semaines, comme des changements profonds de la politique allemande. Ces décisions majeures ont été déterminées à l’évidence largement par la guerre en Ukraine mais elles n’en constituent pas une résultante unique. La constitution d’une coalition inédite en Allemagne réunissant les Socio-démocrates, les Libéraux et les Verts, à, l’issue des dernières élections générales au Bundestag, est aussi à l’origine de telles évolutions. Dans ce contexte, peut-on parler d’un grand basculement de l’Allemagne par rapport à des politiques suivies depuis des décennies ? (…)

À lire »

Quai d’Orsay: le danger de l’Ubérisation ?

En catimini, entre les deux tours de l’élection présidentielle, a été publié au Journal officiel le décret réformant par ordonnance le recrutement des diplomates du Quai d’Orsay. Au grand jour, entre les deux tours des élections législatives, il importe aujourd’hui, sans vouloir aucunement interférer dans le débat de politique intérieure, de retracer l’évolution d’une grande institution et de s’interroger sur cette importante réforme (…)

À lire »

Les vertus de la neutralité

  En ces temps de guerre, de lourdes menaces sur différents théâtres d’opération, de renforcement des budgets militaires, de reconstitution, voire d’élargissement des alliances pour la sécurité, de résurgence de la politique des blocs remémorant une guerre froide sous des formes différentes et ne se limitant pas à l’Est-Ouest, le concept de neutralité a-t-il encore un sens ? Quelles en sont les possibles vertus ? (…)

À lire »

Le message de Sergueï Lavrov

  Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, s’est exprimé il y a quelques jours sur une grande chaîne de la télévision française, au sujet principalement de la guerre en Ukraine. Le cadre assez inhabituel de l’entretien, le choix du media, la rareté de l’intervention du ministre, le contexte de l’interview et la substance même des propos tenus méritent que l’on s’interroge – avec la prudence naturellement requise – sur le sens profond et la portée du message du ministre, au-delà des premières exégèses auxquelles a donné lieu une telle prestation (…)

À lire »

Allemagne: l’heure du grand basculement

  Le renoncement au gazoduc Nord Stream 2, l’orientation en faveur d’une réduction de la dépendance énergétique par rapport à la Russie et plus encore la fourniture d’armes – pour la première fois depuis le second conflit mondial – à un pays en guerre ainsi que l’annonce de la création d’un Fonds de 100 milliards d’euros pour financer le réarmement, sont apparus, au cours des dernières semaines, comme des changements profonds de la politique allemande. Ces décisions majeures ont été déterminées à l’évidence largement par la guerre en Ukraine mais elles n’en constituent pas une résultante unique. La constitution d’une coalition inédite en Allemagne réunissant les Socio-démocrates, les Libéraux et les Verts, à, l’issue des dernières élections générales au Bundestag, est aussi à l’origine de telles évolutions. Dans ce contexte, n’est-il pas prématuré de parler d’un grand basculement de l’Allemagne par rapport à des politiques suivies depuis des décennies ? (…)

À lire »

L’anti-américanisme pavlovien

Comme le réflexe du même qualificatif, l’antiaméricanisme pavlovien est toujours présent. Sur toile de fond de guerre en Ukraine, où l’avenir du continent européen est en jeu, certains préfèrent tourner leur dard en direction de la « mainmise des Etats-Unis sur l’Europe » comme aboutissement ultime d’un « vieux rêve de domination » (…)

À lire »

De la démocratie en France

(…)La démocratie est un privilège face à la montée de régimes autoritaires qui prétendent parfois s’ériger en modèle et elle devrait montrer autre chose qu’une telle fébrilité. Mais qu’est-elle au fond ? Comment se définit-elle ? S’identifie-t-elle à un type de régime ? Est-elle rigoureusement conditionnée par les seules institutions ? Ne dépend-elle pas aussi d’un legs historique et ne relève-t-elle pas d’un état d’esprit et d’une culture ? Ne s’appuie-t-elle pas aussi sur des pratiques extérieures à la stricte sphère politique, par exemple dans le domaine social ou aujourd’hui celui si considérable de l’information et de la communication ? (…)

À lire »

La victoire de la méritocratie

(…) Une femme, pour la deuxième fois seulement dans l’histoire de la Ve République – et l’on peut regretter cette rareté -, vient d’être nommée à la tête du gouvernement français. Il faut lui souhaiter bon vent. Une pupille de la Nation, boursière, a accompli un parcours prestigieux de l’Ecole Polytechnique à la tête de grandes entreprises, à des responsabilités ministérielles et à l’Hôtel Matignon. Tranchant avec des profils incluant un passage quasiment obligé par l’Ecole nationale d’administration, un parcours plus scientifique est ainsi mis à l’honneur dans ces temps anachroniques et troublés (…)

À lire »

Anatomie des crises et système international

  Le terme de « crise » est galvaudé, même lorsqu’il s’agit des relations internationales. Il fait référence au sens strict à un moment paroxystique de rupture, en principe donc bref, alors que les crises se développant sous nos yeux se déroulent à répétition et sont souvent durables. La crise syrienne a été une longue descente aux enfers. Les analystes et experts pronostiquent une guerre en Ukraine qui pourrait être étalée dans le temps (…)

À lire »

8 et 9 mai: la célébration de la victoire, du mal et de la liberté

On ne commémorait  plus guère la fin du second conflit mondial. À la différence désormais du 11 novembre, date à laquelle l’on se souvient de tous les conflits, le 8 mai était devenu le jour de la réconciliation des peuples de l’ensemble du continent européen. Mais le 8 mai a été associé cette année au 9 mai, auquel nous n’avions pas prêté une attention particulière ces dernières années et que de nombreux pays avaient même boycotté pour le 70ème anniversaire du « Jour de la Victoire », car c’est ainsi qu’il est dénommé à Moscou. Ce jour a été scruté avec une attention extrême, sur fond de guerre en Ukraine (…)

À lire »

Pierre le Grand et la révolution du Meiji

La Russie face au choc économique et financier: 1998, 2008, 2022, sont les grandes dates des chocs subis par la Russie depuis la fin de l’Union soviétique, hormis par définition la brutale transition du début des années 90 (…)

À lire »

Pâques à Odessa

  Pâques à Odessa, mais aussi au monastère de Novodevitchi à Moscou, à Notre-Dame de Seidnaya et à Maloulaa en Syrie où l’on parle encore l’araméen (…)

À lire »

Tout empire périra…

  La puissance se caractérise, selon les théoriciens des relations internationales, par la capacité d’assurer sa sécurité contre toute puissance prise isolément ou encore par le pouvoir de modifier des volontés extérieures. Est-ce toujours le cas de la Russie, pourtant puissance nucléaire? (…)

À lire »

Le bonheur et l’efficacité pour la France

Les sociétés exclusivement efficaces sont-elles heureuses? Un dicton en Allemagne définissait ainsi le bonheur: “vivre comme Dieu en France”. La France, de son côté, n’a-t-elle pas été trop longtemps la cigale de la fable, inquiète au final de ses audaces, de ses pulsions et devenue fébrile à l’approche d’échéances où inévitablement il faut bien faire les comptes? (…)

À lire »

La Russie et son double

Oui, une autre Russie que celle offrant le visage hideux de la haine et de l’agression existe et n’a jamais cessé d’être. Oui, la Russie qui est le plus grand pays du monde par la taille, des immenses plaines du continent jusqu’aux rives du Pacifique, peut avoir un destin européen. Elle n’en a en réalité pas d’autre si elle veut être un acteur significatif sur la scène internationale, voire une puissance, aspiration dont elle ne s’est jamais détachée dans son histoire (…)

À lire »

Les Champs élyséens

Les “champs du bonheur”, chantés par Homère dans l’Odyssée et Virgile dans l’Énéide, sont la demeure de ceux qui ont la faveur des dieux et jouissent de la vie éternelle: “on n’y sent partout que zéphyrs dont les brises sifflantes montent de l’Océan pour donner la fraîcheur aux hommes” (…)

À lire »

Bréviaire du “Poutinien”

Des médias russes, relais bien connus de la propagande du Kremlin dans les sociétés européennes et occidentales, ont dû récemment cesser leurs activités. Cette décision tardive, sur laquelle l’on peut même s’interroger au regard des principes et règles de la démocratie, n’a en tout cas pas empêché un travail en profondeur de propagande et de manipulation. Celui-ci s’est développé pendant des années et a fini par imprégner de nombreux esprits, y compris et peut-être même surtout dans des cercles éduqués (…)

À lire »

Les Bouchers de Boutcha

  Après la terreur venue du ciel en Ukraine, nous découvrons – ce que nous redoutions – l’horreur absolue au sol dont ont été victimes, et le sont encore dans de nombreux endroits du pays, des populations civiles, hommes, femmes, enfants et personnes âgées confondus (…)

À lire »

Sortez les sortants !?

  La France a périodiquement des pulsions incontrôlables (cf. mai 68, gilets jaunes, grèves interminables et destructrices, etc…) qui peuvent même être suicidaires (…)

À lire »

Courtisans à Pétersbourg, Tartares à l’armée

“Les Russes, courtisans à Pétersbourg, redeviennent Tartares à l’armée”, avait écrit Germaine de Staël dans “Dix années d’exil”.

Ce sentiment, exprimé au début du XIXème siècle par une personnalité qui incarna La défense de la liberté et l’Europe de la pensée, mérité d’être médité (…)

À lire »

Non, Monsieur le Secrétaire général !

 Pardonnez-moi de vous le dire, votre article “Face à la Russie… », publié le 26 mars, n’est pas juste et il est même dangereux.

Vous ne connaissez pas la Russie et en avez une vision fantasmée. J’y ai passé une dizaine d’années ce qui ne me donne certes pas un droit supplémentaire à la détention de la vérité (…)

À lire »

Le chemin de Berdiaev

(…) au vu d’une actualité tragique, se pose à nouveau la question éternelle de l’histoire russe sur l’appartenance de la Russie soit à l’Europe, soit à l’Asie. Cette immense interrogation avait été notamment soulevée par Nicolas Berdiaev dans son célèbre ouvrage sur Les sources et le sens du communisme russe qui traitait de l’éternel mouvement pendulaire, voire des tensions extrêmes, entre les « slavophiles » et les « occidentalistes » (…)

À lire »

Le chemin de crête de la diplomatie

Au terme de plus de trois heures d’entretien à Pau, avec des Français de couches sociales et de générations les plus diverses, et juste avant de s’entretenir une nouvelle fois au téléphone avec le Président russe, le Président de la République a fait un point de situation sur l’Ukraine. Il s’est exprimé en ces termes: (…)

À lire »

Lettre à un ami chinois

Ami très cher,
Quelques jours après leurs conseillers pour la sécurité nationale, les Présidents Biden et Xi Jinping vont s’entretenir ce 18 mars et l’Ukraine dominera l’agenda des discussions. La gravité de cette guerre au coeur du continent européen et la dimension mondiale que celle-ci a d’ores et déjà acquise, m’obligent à m’adresser à vous sans détours ni fioritures (…)

À lire »

Saint-Patrick pour Pierre Zakrzewski et tous les Ukrainiens

  Il y quelques jours, Pierre Zakrzewski, qui était le correspondant d’une chaîne de télévision américaine, a été tué le 15 mars dans l’exercice de ses fonctions près de Kiev ainsi que la journaliste ukrainienne Oleksandra Kuvshynova, tandis qu’un journaliste britannique Benjamin Hall qui les accompagnait était blessé (…)

À lire »

Marina, héroïne et kamikaze de la vérité

Dans un acte de kamikaze, Marina Ovsyannikova a fait irruption dans le journal du soir “Vremya” de la Première chaîne de télévision russe (Первый канал) présenté par la célèbre et inamovible Ekaterina Andreeva, connue pour sa proximité avec le Kremlin, afin de dénoncer la guerre en Ukraine (…)

À lire »

Discours de Munich et doctrine Primakov

On fait souvent référence, dans le contexte de la guerre en Ukraine, au discours de Munich du Président Poutine en 2007. Cette importante déclaration est habituellement présentée comme une sorte de déclaration de guerre à l’Ouest dans laquelle tout aurait été annoncé par avance et à laquelle il n’aurait pas été assez prêté attention, comme si toutes proportions gardées l’on avait ignoré “Mein Kampf”. 

On évoque parfois aussi, mais moins souvent, la “Doctrine Primakov” que très peu connaissent en réalité, même ceux qui la citent (…)

À lire »

Où va la guerre?

  Moins de trois semaines après le début de l’agression contre l’Ukraine, qui nous paraissent une éternité et ont déjà bouleversé le continent européen, nous ne voyons pas d’issue raisonnable se dessiner à court terme alors que les menaces de l’envahisseur se multiplient et font même craindre une fuite en avant. Il faut néanmoins s’efforcer de tirer de premières leçons qui peuvent être présentées sur deux plans: la nature profonde du pouvoir russe; le grand bond en avant de l’Europe (…)

À lire »

La corde du capitaliste ?

  “Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons”, aurait dit Lénine. Il est possible que la citation soit apocryphe, mais l’idée est là qui mérite réflexion à la lumière notamment de la réaction globale à l’invasion de l’Ukraine. A défaut de répondre par les armes, les pays extérieurs au conflit ont adopté un train sans précédent de sanctions, dans une approche relevant d’une forme de “quoi qu’il en coûte” (…)

À lire »

Apocalypse à Marioupol, d’un siège à l’autre

          Le siège de Marioupol ainsi que celui de tant d’autres agglomérations ukrainiennes nous offre des scènes apocalyptiques, insoutenables. L’hôpital et la maternité de la ville du Sud de l’Ukraine viennent ainsi d’être atteintes. Cet aspect d’une guerre d’agression totale devrait rappeler à ceux qui en sont les ordonnateurs le siège de Léningrad, qui dura plus de deux ans pendant le second conflit mondial et fit un nombre effroyable de victimes civiles et militaires (…)

À lire »

La puissance hyper-calculatrice

Certains analystes font déjà de la Chine le grand vainqueur de la guerre en Ukraine. Mais ils ont tort et il est du moins bien trop prématuré pour l’affirmer avec autant d’assurance (…)

À lire »

La guerre en vidéo

La guerre sous nos yeux au XXIème siècle en Ukraine, c’est-à-dire en Europe, est bien réelle, alors que des conflits périphériques d’une ampleur pourtant considérable, qu’il s’agisse du Sud-est asiatique, du Moyen-Orient, de l’Afrique et même des Balkans à nos portes ne nous avaient pas concernés de la même manière et à ce point (…)

À lire »

Carthago delenda est

  Carthago delenda est (il faut détruire Carthage), tel était le mot d’ordre clamé dans chaque discours de vent le Sénat romain par Caton dit l’Ancien ou le Censeur au IIIème siècle av. J.C. Cette obsession recouvrait la recherche d’une victoire totale sur une cité désarmée mais dont le malheur était l’insolente prospérité. Effectivement, la troisième guerre punique se termina par la destruction de la ville (…)

À lire »

La Légende de l’humiliation

(…) la “Légende de l’humiliation” est le résultat d’une campagne de propagande de longue haleine, développée en Russie où elle a été accentuée ces dernières années, et coïncidant grosso modo avec le régime politique actuel du pays (…)

À lire »

L’oligarchie prédatrice et étouffante

  Dans la « puissance pauvre », il ya des Russes comme Crésus. Ce qu’a publié Elena Lenina, il y a plus de quinze ans, conserve toujours une actualité et permet, avec l’oeil d’un entomologiste, de mieux cerner des profils d’une espèce – qui pour être par définition rare – est loin d’être en voie de disparition (…)

À lire »

Le spectre de la défaite de Poutine

Karl Marx écrivait dans Le Capital qu’un spectre hantait l’Europe, celui du communisme. En le paraphrasant et en le sollicitant, l’on pourrait dire aujourd’hui qu’un spectre hante aujourd’hui le Kremlin, celui de la défaite de Poutine (…)

À lire »

Notre carte chinoise

          Il est de bon ton de parler de la carte chinoise que jouerait ou à laquelle pourrait avoir recours plus encore la Russie dans le contexte de sa confrontation avec l’Ouest. Certains en tiraient d’ailleurs argument, ces dernières semaines, pour souligner par anticipation les probables effets pervers de sanctions renforcées. La dernière image de la rencontre Poutine-Xi Jinping, en marge des Jeux olympiques de Pékin, a frappé les esprits. Mais il convient de regarder les choses de plus près qui ne sont pas si simples et, de plus, nous avons nous aussi dans notre manche une ou plusieurs cartes chinoises (..)

À lire »

Le troisième buste d’un Etat paria

Une attaque russe de grande ampleur contre l’Ukraine tout entière est en cours dont on ne peut encore évaluer avec précision les contours, les modalités et les finalités ultimes. Le pire des scénarios se déroule donc sous nos yeux (…)

À lire »

Good Bye Lenin!

  Il est, espérons-le, encore temps de se ressaisir au bord du gouffre et cela vaut pour toutes les parties. Après avoir beaucoup tenté par la voie diplomatique – à cet égard, les efforts du Président de la République au nom de la France et de l’Europe étaient totalement justifiés et l’heure ne peut être à la polémique politicienne -, l’heure des armes est arrivée (…)

L’heure de la diplomatie est-elle totalement dépassée? (…)

À lire »

Jeu d’échecs ou jeu de Go au Kremlin?

La guerre de l’information continue de faire rage autour de l’Ukraine et la guerre tout court, archaïque et classique – avec la multiplication des violations du cessez-le-feu dans le Donbas au cours des dernières heures – à laquelle il faut ajouter l’usage des moyens hostiles les plus modernes, comme par exemple la cyber.

Ce qui est en tout cas clair du côté occidental et européen est le refus de mourir pour Kiev ou Donetsk et la détermination en revanche à appliquer, en cas d’intervention en Ukraine de troupes régulières russes, les sanctions les plus sévères à l’encontre de la Russie et tout particulièrement des figures de son pouvoir.

La grande incertitude réside dans les intentions de Vladimir Poutine (…)

À lire »

Beauté du voile

La question du voile, qui charrie avec elle dans le plus grand désordre intellectuel de nombreuses autres questions telles que l’Islam, l’immigration, l’islamisme voire le terrorisme, fait irruption de manière périodique et quasi compulsive dans le débat politique en France, a fortiori au cours d’une campagne pour l’élection présidentielle (…)

Le débat sur le voile peut consister en échanges improductifs, confus et frustrants, mais il peut aussi nous entraîner plus loin dans la réflexion sur des questions sensibles, importantes et incontournables. Il ne s’agit pas ici d’affirmer une expertise mais simplement d’inciter à faire preuve de nuance et de modération (…)

À lire »

Il Divo e il Diavolo

Toni Servillo, l’exceptionnel acteur de La Grande Bellezza, incarne Giulio Andreotti, figure emblématique de la démocratie chrétienne et de la politique italiennes, dans Il Divo, un film du même cinéaste Paolo Sorrentino.

Giulio Andreotti fut à sept reprises Président du Conseil des ministres, membre de l’Assemblée constituante de 1946 puis de tous les gouvernements d’Italie de 1947 à 1992 (NB: huit fois ministre de la Défense, cinq fois ministre des Affaires étrangères et deux fois ministre des Fiances), enfin Sénateur à vie (…)

À lire »

Sur les toits de Moscou/ На крышах Москвы

Sans parler de la glaciation brejnévienne, l’hiver moscovite peut être interminable et des chutes de neige surviennent parfois encore en avril, voire au début du mois de mai. Les températures remontent toutefois graduellement à la fin de cette période. Elles peuvent être encore nettement négatives lorsque, soudainement, de manière inattendue, et alors qu’ils avaient totalement disparu pendant de long mois, quelques chats fassent leur apparition sur les toits de la capitale encore enneigés et ornés de stalactites. Le signe ne trompe pas qui est annonciateur de jours meilleurs, non pas du jour au lendemain, mais de manière inéluctable (…)

À lire »

Pour cinq ans, pour trente ans? La refondation de l’ordre international

 Dans le dernier numéro de la revue Politique étrangère, Thierry de Montbrial, le Fondateur et Président de l’Institut français des relations internationales (Ifri), s’interroge sur le moment clé où se trouve la France en ce qui concerne sa politique étrangère (cf. Un cap pour les trente prochaines années ») et il s’efforce de tracer des perspectives moyen et long terme. 

Sans qu’il le dise clairement, il trace aussi une feuille de route pour les toutes prochaines années, à l’orée d’un nouveau quinquennat présidentiel en France. La réflexion sur la place de la France dans l’Europe, et de l’Europe dans le monde, devrait d’ailleurs être considérée comme la question-clé du débat présidentiel, dont tout découle et à laquelle tout se rattache, qu’il s’agisse des pandémies, du climat, des flux migratoire ou de la sécurité (…)

À lire »

Le Pacte faustien

Le pacte faustien du pouvoir russe n’est pas l’alliance du « sabre et du goupillon », c’est-à-dire de l’Etat et de la hiérarchie orthodoxe, même si une proximité existe entre ces deux grandes institutions. Même Staline en avait compris la nécessité avant le second conflit mondial afin de ressouder la nation face aux périls qui grandissaient et pouvaient menacer celle-ci dans son existence même. Et le Christ Pantocrator des coupoles des églises est aussi l’expression d’une verticalité inhérente à l’autocratie.

Le pacte faustien de la Russie contemporaine – que l’on peut aussi retrouver dans d’autres sociétés – n’est pas fait de verticalité mais d’horizontalité. La figure obsédante de Vladimir Poutine dissimule en fait un rapport ancien entre le tsar et les puissants et turbulents  boyards. L’existence de ces derniers est d’ailleurs attestée dès la Rus’ kiévienne. Qui dispose réellement du pouvoir en Russie? La question est surprenante, voire iconoclaste, mais mérite d’être posée à la lumière des événements actuels (…)

À lire »

Le temps de l’Infra-dissuasion?

  Sommes-nous les témoins d’un regain de la guerre froide dans les relations internationales? La résurgence des périls sur le continent européen, haut lieu des tensions passées, de Berlin, à Budapest, Prague et Varsovie, pourrait le laisser penser. Une tendance à la reconstitution des blocs, que ce soit dans la zone de l’OTAN ou dans la région indo-pacifique, présenterait aussi à cet égard des similitudes avec un système international que l’on avait cru révolu (…)

À lire »

La Voix de l’Ukraine

 Il faut naturellement aussi écouter les Ukrainiens. Comparaison n’est pas raison, mais l’on se réfèrera une fois encore à la crise tchécoslovaque de la fin des années 30. A Munich, la Tchécoslovaquie était absente des négociations concernant directement son avenir et son existence même. Le lendemain, la Wehrmacht occupait les Sudètes et six mois plus tard, le pays tout entier. On ne peut à l’évidence défendre la souveraineté de l’Ukraine et ne pas lui donner l’occasion de faire entendre sa voix (…)

À lire »

Le Fantôme de Munich

    « Il faut tout faire pour éviter la guerre », a dit le Président de la République française à son retour de Moscou. Raison doit lui être donnée et il faut en effet privilégier le dialogue, toute vigilance conservée (…)

À lire »

Les Chemins de Moscou/Пути в Москву

Le Président de la République française se rend à Moscou pour discuter d’affaires concernant en tout premier lieu le continent européen. La démarche ne peut qu’être encouragée. L’entrevue avec le Président russe aurait pu tout aussi bien se dérouler à Pékin, en marge de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver, et le message n’en aurait été que plus fort. La trêve du sport est en effet un principe suprême dont la France de Pierre de Coubertin – qui accueillera Paris 2024 – est fondée à être un dépositaire naturel. Quoi qu’il en soit, il s’agira d’une rencontre au coeur de l’Eurasie en gestation, nouvelle formulation de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural (…)

À lire »

L’Allemagne, éternel bouc émissaire?/ Deutschland, ewiger Sündenbock?

La crise ukrainienne étant dans une impasse apparente, alors que les demandes russes relatives au renoncement de l’élargissement de l’OTAN à l’Ukraine et au retrait de certains équipements militaires de la zone du Traité de l’Alliance atlantique ne peuvent être satisfaites, la pression sur l’Allemagne augmente. Le procès d’une trop grande retenue, d’une compréhension excessive des préoccupations de Moscou et d’un souci de défendre ses intérêts économiques, notamment gaziers, en les dissociant des considérations géostratégiques, est d’ores et déjà instruit contre Berlin (…)

À lire »

L’Année du Tigre et de tous les dangers?

 L’Année du Tigre sera célébrée, ce 1er février, dans tout le monde chinois et asiatique en général. Tous nos voeux à ceux qui respectent et observent avec attention ce cycle de douze ans, dont chaque année porte le signe d’un animal. Le premier jour de l’année lunaire était à l’origine une fête agricole. Et le tigre dans cette astrologie est censé représenter des valeurs de dynamisme, de courage mais aussi de combat quand celui-ci est nécessaire.

L’Année du tigre sera-t-elle aussi « L’Année de tous les Dangers », pour reprendre le titre d’un remarquable fin australien (The Year of Living Dangerously), ou un moment fort pour de nouvelles opportunités? (…)

À lire »

Les trois erreurs de la Russie et le piège ukrainien

Quels que soient les griefs de la Russie à l’égard de l’Ouest, qui ne sont pas tous infondés – étant notamment alimentés par un sentiment de rejet, nouvelle forme d’un complexe obsidional déjà ancien – la Russie a commis depuis le fin de l’Union soviétique au moins trois grandes erreurs stratégiques. L’exacerbation de la crise ukrainienne en découle en grande partie et le franchissement de lignes rouges pourrait s‘avérer désastreux pour Moscou comme pour l’Europe dans son ensemble (…)

À lire »

Alizé et Gaël, une bien belle France

Le sport est bien entendu désormais plus que le sport. Les plus grands événements sont mondialisés et tel est le cas de l’Australian Open, l’un des quatre tournois de tennis de que l’on appelle le Grand Chelem.
Dans la chaleur australe extrême de Melbourne, Alizé Cornet et Gaël Monfils se sont illustrés non seulement parce qu’ils viennent d’atteindre les quarts de finale de la compétition (…) mais aussi par des qualités au-delà du sport (…)

À lire »

Dernier tango à Paris ou à Washington?

Devant le Parlement européen, il y a peu de jours, le Président de la République française a estimé que l’Union européenne devrait conduire ses propres discussions avec la Russie. Il a fait état, en sa qualité de Président en exercice de l’Union, d’une « proposition européenne » prochaine visant à « un nouvel ordre de sécurité et de stabilité ». Dans le contexte de la crise ukrainienne, l’initiative a fait immédiatement réagir à Washington (…) Le discours présidentiel peut être jugé a priori louable. S’il s’inscrit dans la continuité d’une ligne visant à promouvoir une plus grande responsabilité des Européens dans leur propre défense et sécurité et aussi d’un « reset » dans la relation avec Moscou, il a pu aussi paraître mal à propos et insuffisamment coordonné, trop déclaratoire et au final mal assuré (…)

À lire »

L’Ami Nole

L’imbroglio sanitaire, administratif, politique et sportif australien vient de trouver un aboutissement. L’issue, qui prive l’actuel numéro un mondial du tennis de prendre part, en quelque sorte dans son jardin, à un tournoi qu’il a déjà remporté neuf fois et en cas de victoire de devenir le joueur ayant gagné le plus grand nombre de compétitions du Grand Chelem dans toute l’histoire du tennis, n’a pas pour autant apporté toutes les clarifications nécessaires (…)

À lire »

Le brave soldat Sergueï

Sergueï Lavrov, parfois appelé le « Talleyrand russe », d’ailleurs improprement car il pourrait plutôt être comparé à un dévoué patriote et serviteur de l’Etat comme Chou En-lai, est devenu quasiment inaudible. En contrepoint de cette diplomatie presque silencieuse, les bruits de bottes sont assourdissants après la Géorgie en 2008 et l’annexion de la Crimée en 2014, de l’Ukraine au Kazakhstan.

Malgré la phase récente, qui a débuté avec la rencontre russo-américaine de Genève, l’heure est-elle encore à la diplomatie? (…)
Au final, la question qui se pose est: quel est le mode d’emploi avec Moscou? (…)

À lire »

Le viol d’Europa et de l’Afghanistan

Le viol ou le rapt d’Europa par Zeus, déguisé en taureau blanc, est profondément ancré dans la mythologie occidentale. Les représentations picturales et artistiques en général en sont nombreuses avec Titien, Rubens, Rembrandt ou encore Darius Milhaud dans la musique, André Chenier et Rimbaud en littérature et jusqu’à Botero pour la sculpture. Zeus pourrait symboliser aujourd’hui l’hubris de la puissance, le triomphe de la violence alliée au matérialisme, et Europa le féminin bafoué.

L’Afghanistan, conquis mais toujours résistant au cours des siècles, soumis plus récemment à des transformations brutales d’une partie de sa société, puis abandonné, est une sorte de version contemporaine de l’enlèvement de la princesse phénicienne (…)

À lire »

Le Choix de Sophie, le 6 janvier?

Il y a un an, le 6 janvier, les événements du Capitole à Washington ont non seulement coïncidé avec la création du site 🟦🟪 Perspectives Europe-Monde 🟦🟪 (cf. Le Drame du Capitole: 6 février 1934/ 6 janvier 2021) mais ils en ont été un déclencheur important. Les termes alors employés étaient ceux de « pandémie de la violence » ou encore de « gangrène de la démocratie ». La référence historique au 6 février 1934 en France était une manière de s’interroger sur l’immunité des démocraties européennes (…)

À lire »

Repotting Your Life

  Le contraste est grand, c’est une évidence, entre parler de Frances Edmonds et de l’Union soviétique dont la disparition, il y a 30 ans, a été abondamment évoquée ces dernières semaines, notamment sur le site « Perspectives Europe-Monde ». L’on passe en effet sans transition d’un film en Noir & Blanc à la couleur mais l’on pourrait dire, non sans une pointe de provocation, que son ouvrage Repotting Your Life a aussi une dimension révolutionnaire, personnelle en tout cas (…)

À lire »

Soave sia il vento…

« Möge die Brise mild sein…» ,würde man mit Mozart in einem musikbegeisterten Land sagen zu der neuen Ampel Koalition, die jetzt Deutschland regiert.

Tatsächlich wird Mozarts ganze Subtilität und sogar seine Sanftheit erforderlich sein, um, wie das magische Trio von Cosi fan tutte, viele verschiedene Ambitionen unter dem Einfluss unumgänglicher Notwendigkeiten in Übereinstimmung zu bringen. Und die Sachkenntnis der Seefahrer wird auch dem Wind ausgesetzt sein, von Natur aus zufällig (…)

À lire »

Le Jour d’Avant (2/2)

Les recettes classiques pour aborder et comprendre l’URSS finissante étaient sur le moment inopérantes. Il était difficile sur le moment de définir une méthode, sans repères, sans contacts alors que des têtes nouvelles émergeaient. Un pays de 22 millions de km2 subissait une secousse tellurique prolongée. L’impression même physique était que le sol tremblait sous nos pas et aller restituer, au sortir d’une « glaciation brejnevienne » déjà engagée, des décennies d’énergies enfouies…

Et pourtant Mikaïl Gorbatchev lui-même nous avait fourni une boussole alors que nos compas s’affolaient. Le 7 décembre 1988 à New York, devant une Assemblée générale de l’ONU, transformée en concert de rock star, où des groupies faute de place étaient assises à même le sol et dans les escaliers, il avait annoncé la réduction des forces armées soviétiques de 500.000 hommes en deux ans, dont 50.000 dans la seule RDA, la fin de la doctrine Brejnev et celle du rôle dirigeant du parti communiste. Certains n’en croyaient pas leurs oreilles et crurent entendre Teilhard de Chardin parler du point oméga, mais telle fut bien la feuille de route que respecta le dernier dirigeant soviétique (…)

À lire »

Le Jour d’Avant (1/2)

Il y a 30 ans, un 25 décembre, Mikhaïl Gorbatchev signa l’acte de démission de ses fonctions de Président de l’URSS. Dans la nuit hivernale prématurée des latitudes moscovites, le drapeau soviétique qui flottait sur le Kremlin fut ramené et remplacé par celui tricolore de la Russie. La dissolution de l’Union soviétique fut entérinée le lendemain par le Soviet Suprême. L’URSS, qui connaissait là un ultime spasme après l’abolition par le Congrès des Députés, au printemps 1990, de l’article 6 de la Constitution sur le « rôle dirigeant » du Parti communiste, le putsch d’août 1991 et la création d’une Communauté des Etats indépendants, le 8 décembre 1991, par le Président russe Boris Eltsine et ses homologues de Biélorussie et d’Ukraine, avait-elle véritablement disparu? (…)

À lire »

Sotto la Tenda di Abramo, Noël pour le Père Paolo

Sous la tente d’Abraham, au Monastère de Deir Mar Moussa en Syrie qui dominait le désert syrien s’étendant jusqu’à Palmyre et au-delà à l’Euphrate, le Père jésuite Paolo Dall’Oglio a oeuvré sans relâche pour le dialogue des religions monothéistes dans la tradition de la figure centrale de la Genèse (…)

À lire »

Brexit (2/3): l’identité du Royaume

La Reine Elisabeth II avait qualifié l’année 1992, celle des 40 ans de son règne, d’annus horribilis. Cette année avait en effet été marquée par des problèmes familiaux, par une polémique sur l’exemption fiscale dont bénéficiait la famille royale ou encore par l’incendie du château de Windsor, dont sa chapelle privée, auquel la reine est particulièrement attachée. Les années suivantes allaient être plus éprouvantes encore (…) Le Jubilé de Diamant en 2012 pour les 60 ans de règne, célébré avec faste et une grande ferveur, avait en revanche consacré la popularité retrouvée de la monarchie britannique (…)

2012 fut une année charnière. Le message de confiance, de communion nationale et de grandeur était incontestablement une expression identitaire mais ne correspondait-il pas aussi à un refoulement de la crise? (…)

Faste jubilaire et euphorie olympique ont aussi coexisté avec la récession économique. La crise de la zone euro ne suffisait plus au gouvernement pour expliquer les difficultés du pays. Ce constat posait, en profondeur, non seulement la question d’ajustements macro-économiques mais il renforçait aussi les demandes tendant à une redéfinition de la place du Royaume-Uni dans l’Union européenne. L’Europe globalement ne risquait-elle pas de devenir un exutoire et un révélateur identitaire? (…)

À lire »

Une Américaine à Paris/ Eine Amerikänerin in Paris

Dans une Amérique hésitante, toujours en proie aux affres et errements du « Trumpisme », Kamala Harris projette une image d’énergie, d’optimisme et d’attachement aux valeurs américaines que nous partageons. Par ses origines et sa carrière californienne, en particulier en tant que Procureur de l’Etat, elle incarne aussi l’avenir d’un pays et plus globalement d’un monde plus tourné que jamais vers la zone Asie-Pacifique. Bienvenue à Kamala Harris que Paris va très certainement beaucoup aimer (…)
In einem zögerlichen Amerika, das immer noch von den Schrecken und Irrtümern des «Trumpismus» geplagt wird, projiziert Kamala Harris ein Bild von Energie, Optimismus und Verbundenheit mit den amerikanischen Werten, die wir teilen. Aufgrund ihrer Herkunft und ihrer kalifornischen Karriere, insbesondere als Staatsanwältin, verkörpert sie auch die Zukunft eines Landes und einer Welt, die mehr denn je auf den asiatisch-pazifischen Raum ausgerichtet ist. Willkommen Kamala Harris, die Paris bestimmt sehr viel lieben wird (…)

À lire »

La Communauté internationale (3/3): Un Secrétaire général pour l’ONU / Ein Generalsekretär für die UNO

Le Conseil de sécurité est généralement considéré comme la clé de voûte de l’ONU. A la différence de l’Assemblée générale, il dispose en effet d’un pouvoir décisionnel qui s’impose à tous, y compris à des Etats qui ne sont pas membres de l’Organisation. Cet organe principal selon la Charte des Nations Unies dispose en effet d’un pouvoir théorique considérable qui requiert toutefois non seulement qu’une majorité qualifiée soit réunie lors de ses votes mais aussi qu’aucun des cinq membres permanents de l’institution ne fasse obstacle.

Le statut du Secrétaire général est exactement l’inverse: celui-ci ne dispose que de très peu de pouvoir qui se résument à l’article 99 de la Charte selon lequel le chef du Secrétariat de l’Organisation peut évoquer toute situation menaçant ou portant atteinte à la sécurité internationale. Autant dire que le champ d’action est sans limite à la condition que le Secrétaire général soit doté d’une grande autorité morale et d’un charisme pour en appeler à l’opinion mondiale ansi que d’un grand sens de la négociation diplomatique dans ses relations avec les Etats et aussi souvent du courage pour s’opposer parfois, à ses risques et périls aux plus puissants d’entre eux (…)

À lire »

La Communauté internationale (2/3): Campagnes et Batailles new-yorkaises / New Yorker Kampagnen und Kämpfe

L’ambiance était plus que morose à New York, le long de l’East River, à la fin des années 80. Plus que la crise financière qui frappait l’Organisation mondiale, le plus grave était la crise de confiance dans celle-ci souvent venue de ses propres rangs. Pourquoi l’ONU? se demandaient ainsi tant les délégués que les fonctionnaires internationaux qui doutaient de leur mission alors que le Conseil de sécurité était totalement paralysé. Personne ne prêtait plus la moindre attention au Secrétaire général Perez de Cuellar, pourtant parfait connaisseur des rouages de l’Organisation, fin lettré et homme de bonne volonté.

Ce climat délétère se modifia quasiment du jour au lendemain alors alors que se dissipaient les sombres nuages de la guerre froide. Mais avant d’en arriver là, les débats se poursuivaient à New York au sein de l’Assemblée générale, au rythme de campagnes annuelles automnales en particulier, comme les guerres d’Italie de printemps lors de la Renaissance. Certains sujets qui y étaient traités y prenaient du relief pour l’opinion mondiale bien que l’organe ne fût théoriquement que délibératif (…)

À lire »

La Communauté internationale (1/3): Secrets et Trésors de l’Afrique

La communauté internationale n’est pas nécessairement une réalité abstraite, une construction de l’esprit; elle est aussi parfois tangible, faite d’expériences vécues, de rencontres et aussi de rêves qui sont nos logiciels et permettent d’avancer. Cette première partie d’une série de trois publications – à paraître prochainement – constituera donc un témoignage personnel, apporté avec l’espoir qu’il puisse servir aujourd’hui et demain…

L’hiver austral n’était pas la saison des bougainvilliers et des jaracandas en fleurs mais ces hauts plateaux apportaient une plus grande douceur qui n’était pas que climatique. Le pays avait en effet déjà évolué vers un pouvoir où la minorité ne dominait plus sans partage. Harare me plut d’emblée. J’ai d’ailleurs toujours aimé, en tous lieux, la sensation que procurent les highlands quelle que soit leur élévation, au Kenya, en Ethiopie ou encore au Vietnam. J’appréciais la distance qu’ils semblaient donner par rapport à l’agitation du monde, ce sentiment de calme auquel ils contribuaient (…)

À lire »

Microsoft/ LinkedIn et la Démocratie

Les GAFA ont leur mérite. Ils peuvent être à la fois de merveilleux instruments qui ont changé le monde en bouleversant sa communication comme également les vecteurs universels de politiques et d’idéologies visant à modifier le destin des individus ainsi que l’orientation de collectivités entières.

Si l’on s’en tient à leurs mérites, il est regrettable que Microsoft ait décidé de mettre un terme à l’aventure de Linkedin en Chine. Telle est tout au moins l’une des interprétations des décisions qui viennent d’être annoncées. Certains imputent aussi la responsabilité du départ annoncé – après Twitter et Facebook – aux nombreux freins mis par les autorités chinoises au développement incontrôlé de la firme (…)

À lire »

Le Procès de Madame K

Des vents mauvais soufflent périodiquement sur le système multilatéral. La victime expiatoire fut autrefois Boutros Ghali, le Secrétaire général de l’ONU et Kofi Annan lui-même ne fut pas épargné à la fin de son mandat. Il s’agit aujourd’hui de Mme Kristalina Georgieva, qui est à la tête du FMI, pour des faits incriminés remontant à 2017, alors qu’elle dirigeait la Banque mondiale. Le soupçon a commencé à se répandre, remontant par capillarité, jusqu’à créer le risque de poser à terme la question de la crédibilité et de l’avenir de l’ensemble des deux institutions issues des Accords de Bretton Woods de 1944.

Le procès n’est pas celui de Joseph K mais de Madame K. Le procureur n’est pas clairement visible, les chefs d’accusation sont sinon flous du moins empruntent des voies détournées, la victime a probablement eu le malheur d’être au mauvais endroit, au coeur d’un débat finalement tout autant idéologique que scientifique (…)

À lire »

La Spiritualité sans les Eglises

Aucune institution n’est à l’abri de scandales. L’Église catholique en a eu son lot au cours de son histoire.

Le Saint-Siège étant aussi un Etat séculier, sa politique a pu par exemple être gravement mise en cause avec l’attitude ambiguë, non encore parfaitement clarifiée par les historiens, du Pape Pie XII à propos de la question juive. Certains de ses représentants, jusqu’à un niveau élevé, se sont égarés, tels les prêtres et évêques bénissant des combattants – généralement opposés aux Républicains – au cours de la guerre d’Espagne.

Plus près de nous, de nombreux errements ont été mis à jour, qu’il s’agisse de complexes scandales immobiliers ou bancaires. Mais les conclusions de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE), qui viennent d’être publiées, donnent une dimension nouvelle et inégalée aux accusations dont l’Église catholique et ses représentants peuvent faire l’objet de manière récurrente. L’ampleur et la gravité des fautes commises sont telles que le rapport parle d’erreurs “systémiques”. Il s’agit d’un véritable tremblement de terre qui risque de tout emporter. L’Église de France – et sans doute même au-delà – est menacée dans son existence (…)

À lire »

Plaidoyer pour la République

Des sondages ne font pas une élection et l’élection présidentielle française est encore loin. Mais qu’un candidat « putatif » puisse réunir 15% des intentions de vote dans des enquêtes d’opinion concordantes – ce qui en fait un possible challenger du deuxième tour – est déjà assez étonnant. Que ce candidat potentiel, encore sans programme, ait exprimé des idées clairement racistes, désignant l’étranger et une religion en tant que telle comme la source principale sinon exclusive des problèmes de la France, est préoccupant et même choquant. Que l’extrême droite soit censée réunir un tiers des électeurs français l’est tout autant (…)

À lire »

L’Héritage du “Merkelisme” / Das Vermächtnis von “Merkelism”

Il n’aura pas fallu longtemps pour faire l’inventaire du legs Merkel. La soi-disant popularité inégalée de la Chancelière, son bilan réputé incomparable ont volé en éclats au verdict des urnes. Si ces affirmations entretenues et même assénées par la bulle médiatique avaient été vraies, elles auraient résisté au vote des électeurs. Au lieu de cela, la CDU a enregistré des bas historiques ce qui n’a pas empêché son nouveau leader de prétendre à la direction du gouvernement de l’Allemagne. En réalité, les élections générales au Bundestag ont été un révélateur d’une grande maladie de la démocratie. Ses symptômes en sont identifiables dans le Monde nouveau: la fin de la politique recèle des dangers menaçants (…)

À lire »

Charmants Australiens

Le Premier ministre australien s’est vraiment mal comporté à l’égard de la France. Sa brutalité et surtout sa duplicité ne prêtent pas à discussion. Ces traits de comportement ne sauraient être attribués, cela va aussi de soi, à l’ensemble de ses compatriotes. Il n’y a que dans les sociétés primitives que l’on punit la collectivité pour la faute d’un seul. Des voix comme celle de du Travailliste Kevin Rudd, l’un des prédécesseurs du chef de gouvernement Scott Morrison, se sont d’ailleurs élevées pour s’exprimer de manière diamétralement opposée à la décision consistant à rompre le contrat des sous-marins avec la France…
Le continent australien continue de nous fasciner par sa taille, son potentiel, sa nature incomparable, sa société multi-ethnique, sa passion du sport, de l’outback. Il est encore une nouvelle frontière, peut-être même une ultime frontière, qui fait rêver. La montagne sacrée d’Uluru pour la population aborigène est un monolithe connu du monde entier qui, au-delà de sa beauté ocre, recèle les mystères des origines (…)

À lire »

Le Passé d’une Espérance

L’historien François Furet a écrit un livre sur le communisme intitulé Le Passé d’une Illusion. Il faut relire les Mémoires d’avenir de Michel Jobert, qui fut Ministre des Affaires étrangères de Georges Pompidou et également Ministre de François Mitterrand, et songer en ces temps troublés à un passé qui peut être celui d’une espérance (…)

À lire »

Humiliation pour qui? Irresponsabilité de qui?

La France vient d’être humiliée par les Etats-Unis, et même plus que cela. C’est un fait…
Du bilatéral, l’on est passé brutalement à une alliance trilatérale, sur des bases entièrement nouvelles. Napoléon avait dit au Tsar Alexandre 1er lors de leur rencontre de Tilsit « qu’il ne couchait qu’à deux, jamais à trois » et le spectacle sublime que nous a offert l’AUKUS fut assez édifiant (…)

À lire »

Contrat australien – Coup de Jarnac ou salutaire clarification ?

   Le revirement de l’Australie, à propos du contrat avec la France pour la fabrication et la maintenance de 12 sous-marins à propulsion classique, a provoqué la surprise. Cette décision ne manquera pas d’avoir, au-delà des aspects économiques et industriels, d’importances conséquences géostratégiques…
Le coup de Jarnac australien, fomenté avec Washington, aura eu le mérite de lever bien des ambiguïtés. Il aura ainsi contribué à une salutaire clarification si nous conservons notre sang-froid et savons tirer les nécessaires conséquences. Au fond, c’est même nous qui aurions dû déchirer ce « bout de papier » que représentait l’accord conclu avec Canberra comme il faudrait arracher le hideux enveloppement de l’Arc de Triomphe pour en faire apparaître toute la force indomptable (…)

À lire »

La Jeunesse de l’US Open

Emma Raducanu vient de remporter le tournoi de tennis de l’US Open à moins de 19 ans. Elle est la première joueuse de tennis de l’histoire – hommes et femmes confondus – à s’être imposée en finale d’un tournoi du Grand Chelem en étant issue des épreuves de qualification…
Emma Raducanu a une autre particularité, elle est Britannique. Elle est la première Britannique à gagner un tournoi du Grand Chelem depuis la victoire de Virginia Wade à Wimbledon, il y a 44 ans…
La pureté du geste de service d’Emma projette le souffle d’horizons enchanteurs, une bourrasque de fraîcheur, de grâce et de charme absolus; l’émergence soudaine de Leylah et d’Emma, deux talents à l’état pur, nous remplit d’optimisme (…) 

À lire »

Les Tours de notre ville, un phare de notre vie

Nous les avons aimées dans nos vingt ans, nous les avons observées avec respect et admiration pendant vint ans, elles continuent à nous illuminer depuis vingt ans. Emblématiques de New York avec d’autres constructions exceptionnelles, telles que le Chrysler Building ou naturellement l’Empire State, elles sont devenues dans leur simplicité architecturale uniques au monde et ne disparaîtront jamais de nos pensées…
La civilisation restera toujours unie face à la barbarie et aux nouvelles formes que celle-ci pourrait prendre. Malgré les différends possibles et même naturels entre Nations démocratiques, les convergences sur l’essentiel et surtout la préservation d’intérêts vitaux demeureront intangibles (…)

À lire »

De Borodino au Bicentenaire de l’esprit libéral et européen

…Les paradoxes de la bataille de Borodino: le climax de l’affrontement de deux puissances considérables n’est pas nécessairement le reflet d’une éternelle division; une victoire militaire apparente, dont le souvenir reste glorieux, peut dissimuler une totale défaite politique et annoncer un effondrement final, « le commencement de la fin » selon le jugement de Talleyrand…
…Napoléon demeure, dans l’esprit de ses compatriotes tout au moins, un modernisateur et entrepreneur génial, un législateur et un administrateur hors pair, créateur de grandes institutions qui survivent aujourd’hui…
…Mais au final, à l’heure du bilan du Bicentenaire, Napoléon est-il toujours vraiment moderne?…
…Le Bicentenaire n’est-il pas finalement l’occasion de tourner la page d’une grande histoire pour en ouvrir enfin un nouvelle?…
…Les combattants de Borodino se seraient-ils doutés que leur sacrifice conduirait deux siècles plus tard à la célébration de l’esprit libéral et européen? Ils ont été de leur temps, nous devons l’être du nôtre (…)

À lire »

Le Désert des Tartares

Le dernier soldat américain a quitté l’Afghanistan le 30 août. Ce départ ne saurait signifier un abandon du pays et de la région. Comme dans le désert des Tartares de Dino Buzzati, des menaces visibles ou plus diffuses existent qu’il faudra endiguer. Des opportunités immenses, notamment dans le domaine économique, seront aussi à saisir dans les années qui viennent (…)

À lire »

Ligne de crête/ Après l’Afghanistan, éléments pour une Politique étrangère

L’Afghanistan peut s’avérer un cas d’école. De nombreuses grandes questions internationales contemporaines s’y trouvent réunies: les crises régionales dans une zone nucléarisée, la légitimité des interventions dans les Etats faillis, les drames humanitaires, le développement du terrorisme, la recomposition du Monde nouveau, la redéfinition des organisations politiques inter-étatiques et des Alliances, les grands projets économiques du XXIème siècle.

Vue sous cet angle, la crise afghane ne peut non seulement laisser indifférent, mais elle contraint à une réflexion renouvelée sur la Politique étrangère. La fin des interventions militaires « classiques », hors cas de légitime défense prévu par la Charte de l’ONU, a peut-être été actée à Kaboul le 15 août dernier, mais de nouvelles formes d’intervention pourraient émerger car l’isolationnisme est un leurre dans le monde d’aujourd’hui.

« Sur des pensers nouveaux, faisons des vers antiques », comme l’écrivait André Chenier au XVIIIème siècle et l’Afghanistan peut nous aider à reformuler des principes et lignes directrices pour une Politique étrangère (…)

À lire »

Afghanistan, l’oeil du Cyclone

L’heure est à l’évidence au repli désordonné d’Afghanistan, pour ne pas dire chaotique. Mais, paradoxalement, l’heure d’une « intervention » repensée a aussi sonné. L’humiliation, la peur, la rancoeur, ne doivent pas conduire à l’inertie et même à la paralysie mais au contraire à se mobiliser dans un réflexe à la fois humanitaire et sécuritaire. Car l’Afghanistan est dans l’oeil d’un cyclone menaçant…

Quoi qu’il en soit au final, la pire des options serait donc aujourd’hui de tourner le dos à l’Afghanistan, soit en vertu de l’argument spécieux selon lequel les peuples ont le droit de vivre selon leurs us et coutumes, fussent-ils de notre point de vue considérés comme les plus rétrogrades, soit parce que le dépit ressenti par les partants s’accompagnerait de ce type de punition affectant le plus grand nombre (…)

À lire »

Triste 15 août

Cela restera l’image d’un triste 15 août avec des airs de parodie du Capitole. Il serait d’ailleurs intéressant d’examiner de près ces visages et de s’assurer qu’il s’agit bien d’Afghans. On peut avoir d’autres idées sur la question. 

Il ne s’agit pas de regretter la fin d’une présence militaire qui aura trop duré et n’aura pas su construire, malgré sans doute de nobles intentions dont la mise en oeuvre était hors d’atteinte dans un tel environnement (…)

À lire »

Le peuple afghan, variable d’ajustement

Les mois d’août ne sont pas exempts de catastrophes et il n’y a pas de léthargie de l’été qui puisse y faire obstacle. Les soixante ans de la construction du mur de Berlin ce 13 août dernier, Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août, l’invasion de la Tchécoslovaquie le 21 août 1968, sans oublier le sous-marin Koursk, il y a un peu plus de vingt ans et les incendies de Kabylie sous nos yeux…, la liste est longue. Nous sommes aujourd’hui les témoins d’une nouvelle tragédie afghane. Les heures qui viennent ou les prochains jours pourraient nous rappeler des images de Saïgon en 1975 et nous pourrons alors nous dire en pensant à toutes les victimes civiles et militaires de tous les camps en présence au cours des décennies écoulées: Tout ça pour ça ? (…)

À lire »

Lionel Messi, le Titi parisien

le Parc des Princes est déjà devenu celui d’un seul prince avant même qu’il en ait foulé la pelouse dans une compétition. Souhaitons donc la bienvenue, tout le bonheur possible et de grands succès sportifs à Lionel Messi et sa famille (…)

À lire »

Tokyo 2020, dans la mémoire des Jeux

Chacun a sa mémoire des Jeux, olympiques et aussi paralympiques. Ceux-ci se rattachent à une histoire collective et aussi à la sienne propre dont ils ont contribué à jalonner le cours. Quelle que soit l’évolution accomplie au cours des dernières décennies vers une professionnalisation de plus en plus poussée, les Jeux représentent encore largement le sport à l’état pur dans beaucoup de disciplines, le Graal de tout compétiteur, la légende pour les médaillés et parfois même aussi pour ceux qui ne l’ont pas été mais se sont dépassés, une fierté incomparable pour les nations organisatrices et le souvenir merveilleux de tant de bénévoles. Pour reprendre un terme cher à ce site, il s’agit d’une palpitation d’un monde à l’unisson tous les quatre ans, quelles que soient les vicissitudes, qui suscite dans le même temps une vocation et un engagement au dépassement perpétuel (…)

À lire »

Le Concert de Bosra

L’été, hors confinement, est marqué en Europe par de grands festivals de musique: la tradition de Salzbourg et Bayreuth; Glyndebourne, écrin de verdure et d’élégance dans le Sussex; le piano à La Roque d’Antheron, Aix-en-Provence, autre patrie – posthume celle-là – de Mozart, le jazz à Nice ou encore  l’impressionnant mur du Théâtre antique d’Orange, devenu un peu la maison de Roberto Alagna,  qui sert à la perfection la dimension grandiose de l’opéra, souvent italien en ces lieux…
Le soft power a désormais besoin des media mais il ne se réduit pas à la culture. Le grands événements sportifs sont naturellement son univers privilégié, de la Coupe du monde de football et du Tour de France aux Jeux olympiques…
Un pouvoir et une civilisation ne s’imposent vraiment dans la durée que par la séduction qu’ils exercent, n’est-ce pas éternel maestro Riccardo Muti ? 

À lire »

Tragédie allemande, drame européen

Les dévastations catastrophiques de ces derniers jours en Allemagne et aussi en Belgique, dues à des inondations, auront frappé les esprits en raison de leur soudaineté et de leur magnitude.
Ce drame est l’une des plus grandes catastrophes naturelles des dernières décennies en Alle-magne. Il aura fait de nombreuses victimes dans ce pays et en Belgique. Le secours aux vic-times, les aides financières et la reconstruction matérielle s’imposent en première urgence. Mais il faut réagir aussi à une tragédie humaine qui affecte également ceux qui n’en ont été que des observateurs et les autorités nationales et régionales responsables. Et c’est en de telles circons-tances que compte l’expression de notre solidarité et de notre sollicitude.
Cette tragédie est la nôtre et elle est celle de toute l’Europe.

À lire »

9 rue Princesse

La maison natale de Charles de Gaulle à Lille a rouvert ses portes au terme d’une restauration entreprise à partir de 2019. La crise sanitaire aura retardé de quelques mois l’accès du public au 9 rue Princesse. Les visiteurs en découvrant une maison, dont tout a été fait au cours des travaux, jusqu’au choix d’objets et d’éléments décoratifs, pour qu’elle restitue l’atmosphère de la dernière décennie du XIXème siècle, ne pourront pas ne pas se poser la question du déterminisme du lieu et de l’environnement sur la vie de la plus grande figure de l’histoire politique de la France contemporaine…
Mais cette rue du cœur de Lille recèle une autre prédestination qu’exprime son nom. Dans la vie de Charles de Gaulle, il y eut toujours une princesse, il n’y en eut sans doute qu’une seule, sa fille Anne (…)

À lire »

Une journée particulière

Le 14 juillet est avant tout la Fête nationale de tous les Français. Elle est ainsi célébrée sur tout le territoire de la République comme dans l’ensemble des Ambassades de France à l’étranger. Elle est un rappel de l’histoire de France et des valeurs qui font l’identité de ses citoyens et les motivent tant dans leur vie personnelle que professionnelle.

À lire »

Tour de France : Les Trois Mont Ventoux

Pour la première fois dans l’histoire du Tour de France, les coureurs gravissent aujourd’hui, à deux reprises au cours d’une même étape, le Mont Ventoux, le géant de Provence qui culmine à 1910 m. De plus, ils en effectueront la dangereuse descente par la face nord à des vitesses vertigineuses atteignant jusqu’à 100 km à l’heure. Il y a en effet trois Mont Ventoux, mais un seul est un Himalaya du sport cycliste et son juge de paix.
On dit aussi qu’il y a trois Provence que symbolisent en littérature Henri Bosco, Jean Giono et Frédéric Mistral (…)

À lire »

Christine, Kristalina, Ursula et les autres

Trois grandes institutions mondiales sont aujourd’hui dirigées par des Européennes et il faut y voir plus qu’une double coïncidence. Si l’on ne s’interroge pas uniquement, comme autrefois à propos du Pape, sur le nombre de ses divisions ou dirait-on aujourd’hui sur ses taux de croissance, L’Europe a un visage et elle est un pôle de civilisation, caractérisé par la diversité et la recherche du progrès. Que ce vaste ensemble soit représenté par des femmes est un autre message fort (…).

À lire »

Ensemble musical «Les Lumières» de Cologne/ Musikensemble «Les Lumières» aus Köln

Le couple franco-allemand est une réalité; il est aussi un miracle qu’il faut préserver.

Il est né de la réconciliation franco-allemande rendue spectaculaire et populaire par le général de Gaulle et le Chancelier Adenauer au début des années soixante. Le Rhin a alors cessé d’être une sorte de limes et l’Allemagne rhénane est devenue le creuset d’un rapprochement fécond, source de stabilité pour deux grandes nations. Permanence, équilibre et création sont des recettes pour regarder et aller loin ensemble.

…Telle est peut-être l’approche qui a inspiré Michel Rychlinski, organiste, chef de choeur et d’orchestre, installé depuis une quinzaine d’années en Allemagne et qui a créé il y a deux ans environ – le premier concert ayant eu lieu en mars 2019 -, dans la région de Cologne, un ensemble musical unique à qui a été donné un très beau nom: « Les Lumières ». C’est en effet tout un programme qui ne se limite pas à la musique baroque et qui d’ailleurs s’étend jusqu’à la création contemporaine (cf. www.les-lumieres.eu).

À lire »

Biélorussie : les trois martyres d’une nation, la nuisance d’un pouvoir hors-la-loi

Quelle perception avons-nous de la Biélorussie? L’image sans doute assez floue d’un pays qui ne surgit que dans les drames, les turbulences ou la violence politique? Ne retenons-nous pas avant tout le mot « Russie » qui compose son appellation, ce qui nous conduit à être ystémati-quement sur la réserve et même à critiquer durement en lieu et place du grand voisin que nous n’oserions pas tancer de manière aussi frontale?

À lire »

9 Mai 1945, С Днём Победы !

…On ne commémore plus guère la fin du second conflit mondial. A la différence désormais du 11 novembre, qui marque le souvenir de tous les conflits, le 8 mai est devenu le jour de la réconciliation des peuples de l’ensemble du continent européen. Il est bien en effet de ne pas méconnaître son histoire et de pouvoir construire en même temps pour l’avenir. Cela vaut pour le 9 mai 1945, dont il faut tout d’abord se souvenir et dont on ne parle pas assez (…)

À lire »

Berlin, Hauptstadt der DDR (2/3) L’oeil du cyclone : un dimanche 13 décembre 1981

Sur le plan extérieur, les grands sujets ne manquaient pas au centre desquels se trouvait Berlin: la crise des euromissiles, l’affaire polonaise, l’évolution du Pacte de Varsovie et bien entendu le cours des relations inter-allemandes. Toute affaire diplomatique d’importance, et a fortiori toute crise, depuis le blocus soviétique de la ville en 1948 et la politique agressive de Nikita Khrouchtchev en 1958, y prenait une dimension mondiale…

En Allemagne de l’Est, stationnaient alors 500.000 soldats de l’Armée rouge cantonnés la plupart du temps à l’abri d’épaisses forêts dans des zones interdites d’accès (Sperrgebiete), ce qui donnait à un pays limité par la taille la plus forte densité militaire au monde (…)

À lire »

Joe Biden : La Révolution américaine au Bal des Debs

Quoi qu’aient écrit Benjamin Constant ou Chateaubriand, les Cent jours ont été autant une chute finale que le retour d’un Roi, c’est-à-dire à la fois une restauration et la véritable entrée dans un siècle nouveau. Le Bal du Monde d’après, auquel nous serons tous conviés, sera celui des Debs. Il aura l’aspect d’un gigantesque dance floor où chacun voudra évoluer, mais il sera en réalité plutôt un étroit chemin de crête offrant des perspectives vertigineuses et fascinantes. Il faudra y avoir le pied léger, comme Joe Biden en fait actuellement une entraînante démonstration (…)

À lire »

La Nuit du Destin, la Lueur du Jour

La spiritualité orientale ne se résume pas à l’islam. Elle est également présente au sein d’autres religions, en fonction du contexte historique et de l’environnement culturel…

…Spiritualité et église ne sont pas non plus synonymes. L’église peut favoriser son épanouissement mais aussi l’entraver lorsqu’elle aspire à être un pouvoir. Ce qui importe au final est que l’individu ait le sens du sacré et il peut même l’avoir sans l’idée de Dieu (…)

À lire »

Berlin, Hauptstadt der DDR (1/3) : L’Ambassadeur de Nazelle

Les temps étaient passionnants mais compliqués à un moment particulièrement sensible pour les relations inter-allemandes, alors que la question des euromissiles prenait de l’ampleur et que des fissures apparaissaient tant en Europe occidentale avec le pacifisme – produit notamment de la peur de la guerre nucléaire – qu’au sein du Pacte de Varsovie où l’aspiration à la liberté devenait irrépressible…
… l’Ambassadeur de Nazelle quitta Berlin en 1981 avec la conviction forte que la réunification se ferait. Il ne pouvait en prédire le moment, mais cette issue était – sans qu’il le dît clairement – celle qu’il appelait de ses voeux…

À lire »

Les Diplomates

Il était naturel que les diplomates ou du moins certains des plus remarquables d’entre eux fassent leur entrée sur « Perspectives Europe-Monde ». Le diaphragme d’un objectif optique, tel celui du logo de ce site, est leur instrument d’observation favori, le focus consiste à opérer un réglage de la mise au point et les diplomates doivent souvent se livrer à l’ensemble de ces opérations. Il est souhaitable qu’ils disposent au moins d’un bon objectif de 50 mm qui correspond à la vision naturelle (…)

À lire »

Le Jubilé d’un Roi

Philip Mountbatten n’eut jamais le titre de Roi, alors que l’épouse d’un Roi est appelée Reine dans la monarchie britannique. Mais l’essentiel est ce qu’il fut et ce qu’il fit. Il fut associé à la longévité au pouvoir incomparable d’Elisabeth II et la sienne en tant que Prince consort n’a jamais été non plus égalée (…)

À lire »

Notre-Dame de Paris, le 15 avril et le 15 août

Le 15 avril est une grande date. Elle l’est pour Bruno Le Maire dont c’est l’anniversaire, mais aussi parce que, le jour de ses cinquante ans, les flammes s’emparèrent sous ses yeux, sous les nôtres et ceux du monde entier, de Notre-Dame de Paris jusqu’à menacer de l’anéantir entièrement (…)

À lire »

Sasameyuki, Bruine de neige

Sasameyuki, Bruine de neige, The Makioka sisters, c’est sous ces divers titres, synonymes pour les deux premiers, que le grand écrivain japonais Tanizaki a publié en 1948 – après qu’il ait été interdit en 1944 – un ouvrage que je place très haut dans la hiérarchie de la littérature mondiale, aux côtés des Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand et de Guerre et Paix de Tolstoi.

À lire »

La Syrie, vingt ans après

La Syrie nous est devenue lointaine et peu compréhensible……Cela conduit à se pencher sur ce qu’elle est en profondeur, à s’interroger sur les raisons de notre éloignement et à réfléchir aux voies et moyens possibles, même s’ils semblent aujourd’hui hors d’atteinte, d’un retour à plus de stabilité dans une région essentielle pour nos intérêts (…)

À lire »

Syrie Mémoire et Civilisation

Un catalogue d’exposition ou un livre d’art ne se racontent pas mais se contemplent. C’est d’autant plus vrai pour Syrie Mémoire et Civilisation qu’il s’agit d’une somme somptueusement illustrée. Rien de plus complet et de plus pédagogique n’avait été jusqu’alors présenté sur le sujet. C’est comme si était restituée une civilisation disparue, dont l’espace temps recouvre « dix mille ans », dit-on souvent, voire même un million d’années depuis le Paléolithique.

À lire »

Socrate à vélo

Guillaume Martin est un champion. Il fut le meilleur Français du dernier Tour de France…Mais Guillaume Martin a aussi fait des études de philosophie poussées…Mais dites-moi, Guillaume Martin, est-ce que gravir les cols n’est tout de même pas le meilleur chemin pour découvrir la pierre philosophale ? (…)

À lire »

Trump acquitté et coupable

Les Républicains sortent divisés de l’épreuve…Le paradoxe est que l’avenir politique des Etats-Unis est désormais entre leurs mains plus que dans celles de Trump qui est loin d’être débarrassé de ses ennuis judiciaires (…)

À lire »

Le drame du Capitole : 6 février 1934 / 6 janvier 2021

Le drame du Capitole n’a peut-être pas encore atteint son pic. Le recul nous manque pour forger un jugement d’ensemble, mais il révèle une pandémie de la violence et une gangrène avancée de la démocratie inimaginables jusqu’alors. En sommes-nous nous-mêmes immunisés ? Quelles sont nos références face à un tel déchaînement ? (…)

À lire »

Afin de vous faire profiter de la meilleure expérience utilisateur, notre site Internet utilise des cookies. Cliquez sur "J'accepte" pour poursuivre votre navigation.