Le troisième buste d’un Etat paria

Le troisième buste de Vladimir P. © PP

          Une attaque russe de grande ampleur contre l’Ukraine tout entière est en cours dont on ne peut encore évaluer avec précision les contours, les modalités et les finalités ultimes. Le pire des scénarios se déroule donc sous nos yeux.

Quels que soient les griefs qui puissent être formulés à l’encontre de la politique ukrainienne au cours des années, en particulier depuis la révolution du Maidan, la situation dans le Donbass ukrainien ne saurait en aucun cas justifier une guerre contre un Etat indépendant et démocratique et contre la liberté en Europe.

Le langage justifiant l’opération relève effectivement de la “paranoïa” décrite par la Présidence de la République française. Le “génocide” allégué contre des Russophones et même les Ukrainiens doit en effet être traduit par “agression” non provoquée de l’armée russe, la “dénazification” de Kiev signifie en réalité volonté de renverser le pouvoir d’un Président, d’ailleurs d’origine juive.

Le Président russe se situe au final dans la lignée des pires personnages de l’histoire, dont l’un avait effectivement commis un génocide en Ukraine avec l’arme de la famine. Il mérite d’ores et déjà qu’on lui érige un troisième buste aux côtés d’illustres prédécesseurs.

Afin de vous faire profiter de la meilleure expérience utilisateur, notre site Internet utilise des cookies. Cliquez sur "J'accepte" pour poursuivre votre navigation.