La Russie et son double

Церковь Покрова на Нерли © Patrick Pascal

          Oui, une autre Russie que celle offrant le visage hideux de la haine et de l’agression existe et n’a jamais cessé d’être. Oui, la Russie qui est le plus grand pays du monde par la taille, des immenses plaines du continent jusqu’aux rives du Pacifique, peut avoir un destin européen. Elle n’en a en réalité pas d’autre si elle veut être un acteur significatif sur la scène internationale, voire une puissance, aspiration dont elle ne s’est jamais détachée dans son histoire.

Mais elle devra faire des choix, une introspection trop longtemps différée sur son identité, de l’autocratie impériale à celle anachronique du pouvoir “poutinien”, sans oublier de procéder à une véritable déstalinisation dont le XXème congrès du Parti communiste de l’Union soviétique en 1956 n’avait été finalement qu’un camouflage.

Mais telles sont les conditions d’une détente et pacification authentiques et durables sur le continent européen. La guerre en Ukraine, dont on redoute chaque jour une escalade supplémentaire dans l’horreur, ne peut être passée rapidement par pertes et profits.

On ne peut parler de “l’après-guerre” comme s’il n’y avait pas eu de guerre. On ne peut évoquer à la légère les Traités de Westphalie comme s’il était question du Saint-Empire romain germanique. On ne peut faire semblant de demeurer encore attaché à un système “multilatéral”, alors que l’on rejette dans le même temps le concept de “communauté internationale” qui représente toujours un idéal à atteindre. On ne peut privilégier un “concert des Nations”, référence au Congrès de Vienne de 1815, concept qui traduit en termes du XXIème siècle signifierait un retour au monde de Hobbes, celui des prédateurs et de la violence institutionnalisée.

Tout cela, l’autre Russie qui existe certainement en profondeur et a aujourd’hui besoin d’un immense courage pour survivre et a fortiori s’exprimer, ne le veut pas.

La vision du monde ne peut être ni “intellectuelle”, c’est-à-dire idéologique, ni “historique” au sens des déséquilibres passés de la domination. La défense de la nation ne peut s’inscrire que dans un ensemble plus vaste face à ceux déjà constitués. Le double de la Russie est une autre Russie pour une Europe authentique et alors rassérénée.

Afin de vous faire profiter de la meilleure expérience utilisateur, notre site Internet utilise des cookies. Cliquez sur "J'accepte" pour poursuivre votre navigation.