La Légende de l’humiliation

Source: lecrayonreveur.com

          La Dolchstoßlegende (théorie du coup de poignard dans le dos), répandue par l’extrême droite de la République de Weimar, fut une tentative pour disculper l’Armée vaincue en 1918 en attribuant la responsabilité de la défaite à la population civile de l’arrière du front, aux Juifs, aux forces politiques de gauche et aux révolutionnaires incarnés par Rosa Luxemburg.

Sans que l’on puisse la mettre tout à fait sur le même plan, la “Légende de l’humiliation” est le résultat d’une campagne de propagande de longue haleine, développée en Russie où elle a été accentuée ces dernières années, et coïncidant grosso modo avec le régime politique actuel du pays.

Cette théorie ne résiste globalement pas aux faits même si les perceptions, quand bien même elles reposent sur des assertions fausses, doivent être prises en compte comme une forme de réalité.

Cette légende a trouvé en tout cas jusqu’à aujourd’hui des relais dans nos sociétés européennes, dans des couches plutôt éduquées et favorisées, aimant peu la construction de l’Europe et caractérisées souvent par un souverainiste étriqué et hors d’époque.

Dans le contexte actuel, ce langage constitue une justification, tout au moins partielle, de l’invasion non provoquée de l’Ukraine. Il faut donc “tordre le cou” à cette légende car elle est fausse et dangereuse. Demain sera un autre jour et l’on pourra réfléchir à nouveau à ces “humiliations”, à ce coup de poignard venu cette fois-ci de l’extérieur  (…)

 

À SUIVRE…

Afin de vous faire profiter de la meilleure expérience utilisateur, notre site Internet utilise des cookies. Cliquez sur "J'accepte" pour poursuivre votre navigation.